Click on Links masthead to clear previous query from search box

New Anti-Capitalist Party of France: `With the people and workers of Iran!'

Statement by the Nouveau Parti Anticapitaliste (NPA, New Anti-Capitalist Party of France), translated by Carmel McGlinchey, Luke Weyland and Annolies Truman for Links International Journal of Socialist Renewal

Since June 13, the day after the rigged presidential election, millions of Iranians have gone into the streets with cries of "Down with the dictatorship!". The ferocious repression has already caused tens if not hundreds of deaths. Young people, women and the residents of the poorer areas who comprise the majority of the demonstrators have now been joined by the trade union movement.

The union of bus workers declared its solidarity, in asserting: "As long as the principle of free organisation and elections is not applied, all talk of social liberation and the rights of the workers is only a joke". The workers of Iran Khodro, the first car manufacturer in the country (with 60,000 employees), engaged in a strike while adding their demands for salary increases and the right to strike to the demands raised in the streets. 

For democratic freedoms and the demands of the workplace

The aspirations of Iranian society to lift the stifling weight of the Mullahs and to end the daily oppression of youth and women who are fighting for their rights, increasingly combines with the  demands of the workers who, in Iran also, refuse to pay for the economic crisis. As the idea of a general strike spreads, the possessing classes and the profiteers begin to dread the spectre of a new revolution.

The criminal demagoguery of Ahmadinejad and of his guardian, the "supreme guide" Khamenei, who claim to represent the "disinherited" in opposing the imperialism of the western powers, must not fool people. But Moussavi, the "reformer" is not any more reputable. He was the prime minister of the Islamic Republic between 1981 and 1989, at a time where tens of thousands of opponents, in particular militant workers, left activists and campaigners for the rights of women and national minorities, were slaughtered in the regime's prisons.

Faced with growing economical difficulties, corruption and nepotism have become increasingly untenable, which has exacerbated the competition between rival clans of the regime, to the point of creating a crisis at the highest echalons of the state. The workers and the people have surged into the breach. And thus even a non-democratic election has escaped all control.

Their fight is ours!

All our support goes to the women, the workers, the youth and all the demonstrators who are defying repression at the risk of their lives. 

On June 26, international day of solidarity with the workers of Iran, the [French] trade union organisations (CGT, CFDT, FO, CFTC, UNSA, Solidaires) will participate in a protest in front of the Iranian embassy in Paris (12 h 30), in particular to demand the release of the workers imprisoned for demonstrating on May 1 in Tehran.

The New Anti-Capitalist Party (NPA), which naturally supports this protest, calls for the development of solidarity initiatives with the struggle of the Iranian people, in workplaces, the city and communities for the overthrow of the dictatorship, freedom and workers’ rights.

Avec la population et les travailleurs d’Iran!

Depuis le 13 juin, au lendemain de l’élection présidentielle truquée, des millions d’Iraniens descendent dans la rue aux cris de « A bas la dictature ».

La répression féroce a déjà fait des dizaines si ce n’est des centaines de morts. Les jeunes, les femmes, les habitants des quartiers populaires qui forment le gros des manifestants sont maintenant rejoints par le mouvement syndical.

L’Union des travailleurs des autobus a déclaré sa solidarité, en affirmant : « tant que le principe de la liberté d’organisation et d’élection ne sera pas appliqué, tout discours sur la libération sociale et les droits des travailleurs ne sera qu’une farce ». Les ouvriers d’Iran Khodro, premier constructeur automobile du pays (60.000 salariés), ont engagé un mouvement de grève en ajoutant aux revendications de la rue l’augmentation des salaires et le droit de grève.

Pour les libertés démocratiques et les revendications du monde du travail

L’aspiration de la société à lever la chape de plomb étouffante du régime des mollahs et à en finir avec la répression quotidienne contre la jeunesse et les femmes qui luttent pour leurs droits, se mêle de plus en plus aux revendications propres des travailleurs qui, en Iran aussi, refusent de faire les frais de la crise. L’idée de la grève générale se répand, les possédants et les profiteurs commencent à redouter le spectre d’une nouvelle révolution.

La démagogie criminelle d’Ahmadinejad et de son tuteur, le « guide suprême » Khamenei, qui prétendent représenter les « déshérités » en s’opposant à l’impérialisme des puissances occidentales, ne doit pas faire illusion. Mais Moussavi, le « réformateur », n’est pas beaucoup plus fréquentable. Il avait été le premier ministre de la République islamique entre 1981 et 1989, à l’époque où des dizaines de milliers d’opposants, en particulier militants ouvriers et de gauche, des droits des femmes et des minorités nationales, avaient été massacrés dans les geôles du régime.

Face aux difficultés économiques croissantes, la corruption et le népotisme sont devenus de plus en plus insupportables, ce qui a exacerbé la concurrence entre les clans rivaux du régime, jusqu’à ouvrir une crise au sommet de l’Etat. Les travailleurs et le peuple se sont engouffrés dans la brèche. Et même une élection non démocratique a alors échappé à tout contrôle.

Leur lutte est la nôtre !

C’est aux femmes, aux travailleurs et à la jeunesse, à tous les manifestants qui défient la répression en n’hésitant pas à risquer leurs vies, que va tout notre soutien.

Le 26 juin, dans le cadre de la journée internationale de solidarité avec les ouvriers d’Iran, les organisations syndicales (CGT, CFDT, FO, CFTC, UNSA, Solidaires) participeront à un rassemblement devant l’ambassade iranienne à Paris (12 h 30), pour exiger notamment la libération des travailleurs emprisonnés pour avoir manifesté le Premier Mai à Téhéran.

Le NPA, qui soutient naturellement ce rassemblement, appelle à développer dans les entreprises, ville et quartiers le maximum d’initiatives en solidarité avec la lutte du peuple iranien, pour le renversement de la dictature, pour la liberté et les droits des travailleurs.

Le 22 juin 2009.

 

Powered by Drupal - Design by Artinet